Mises à jour



Bonjour à tous ceux qui viennent consulter ce dictionnaire.
Ces quelques mots pour vous informer que j'ai commencé une mise à jour de certaines des entrées, qui seront mises en ligne d'ici peu.
Merci à tous ceux qui m'ont laissé ces derniers temps des commentaires et informations qui me serviront à ces mises à jour.

Gil Alcaix


dimanche 15 février 2009

L comme La Malmaison (fort)


- Fort de l’Ouest du Chemin des dames, à quelques centaines de mètres à l’Est de la ferme de La Malmaison qui lui donne son nom.

- Le fort est construit en 1877 pour environ 800 hommes et une quarantaine de canons. Il appartient comme les forts de Condé et Montbérault au système de fortifications Séré de Rivières (responsable du service du Génie au ministère de la Guerre), qui a pour but d’éviter une nouvelle invasion vers Paris.
- Vite obsolète à cause de ses murs en terre et en pierre de taille (il sert d’ailleurs de laboratoire pour les obus à la mélinite en 1886, qui le condamnent), il est déclassé en 1912 et partiellement démoli.


- Il n’est pas utilisé comme point d’appui par les Français mais sert, comme les creutes, de casernement et d’élément de défense aux Allemands. Peut-être est-il relié par un tunnel aux carrières de Bohéry.
Voir ici

- Le 23 octobre 1917, à 6 heures, le fort de La Malmaison est repris par le 4e régiment de zouaves, dans lequel sert notamment Henri Giraud ; il n’est plus qu’un amas de ruines après plusieurs heures d’un bombardement intense.


- A nouveau conquis sans résistance par les Allemands le 27 mai 1918, il est définitivement aux mains des Français le 28 septembre (25e BCP).




- Aujourd’hui dangereux, le fort est interdit au public mais peut être visité avec un guide.






- On trouve une immense nécropole allemande entre le fort et la route. Il s’agit en fait d’un cimetière de regroupement de soldats de la deuxième guerre mondiale (combats de 1940 et percée d’Avranches de 1944). Inauguré en 1965, il rassemble près de 12 000 corps.

Aucun commentaire: