Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

jeudi 3 juillet 2008

V comme (La) Ville-au-Bois-lès-Pontavert

(MAJ juillet 2010)




- Village situé à proximité de la D 1044 (ancienne RN 44), au nord de Berry-au-Bac
- 150 habitants

- La Ville-aux-Bois compte déjà environ 150 habitants quand les Allemands prennent le village en septembre 1914. Des combats violents y ont lieu après la contre-offensive française, autour du 15 ; les destructions sont déjà importantes (incendie du château et de ses dépendances notamment).

- La Ville-aux-Bois reste finalement aux mains des Allemands, mais sur la ligne de front qui passe dans le Bois-des-Buttes, à quelques hectomètres. C’est ainsi que les derniers bâtiments sont anéantis par les combats de fin septembre 1915 et de mars 1916, notamment par l’artillerie française.


- Le 16 avril 1917, les Français du 31e RI s’approchent très près du village mais sont stoppés. Ils parviennent à pénétrer dans les ruines le 18 au petit matin et à avancer jusqu’à la nationale.
(cf. le JMO de la 10e DI, notamment la carte page 14)


- Pendant plusieurs mois, la zone reste très proche des combats puis change à nouveau de mains le 27 mai 1918, avant d’être définitivement reconquise par les Alliés en octobre.


- En 1920, le village est entièrement détruit, il ne reste aucune trace du plan antérieur ; c’est pourquoi la commune est supprimée, ce qui pousse beaucoup d’habitants à s’installer ailleurs. Finalement, La Ville-aux-Bois se relève grâce à la ténacité de quelques habitants (ils sont 19 au recensement de 1927) ; il est adopté par le Cantal dans le cadre de la Reconstruction et retrouve son autonomie administrative. On compte plus d’une centaine d’habitants dans les années 1930.




- Un cimetière britannique situé sur la D 1044, à proximité, regroupe 564 sépultures, issues de différentes zones de combat. « C’est dans le secteur réputé calme au printemps 1918 que les 8e, 21e, et 50e divisions britanniques étaient au repos au moment où, le 27 mai 1918, Ludendorff lança sa quatrième offensive de printemps ». « Le 2ème Bataillon du Devonshire Régiment et le 5ème Batterie de la 45ème Brigade de la Royal Field Artillery reçurent la Croix de Guerre pour leur courage et leur dévouement à cette occasion et une croix de granit, érigée par le Devonshire Regiment, se dresse sur le coté de la route principale où le Bataillon fut anéanti. » Source : Mémorial virtuel du Chemin des Dames



Sources :
Base Mérimée

_

Aucun commentaire: