mercredi 9 juin 2010

A comme Aviron bayonnais



- Association omnisports dont la figure de proue est l’équipe de rugby

- L’Aviron bayonnais naît en 1904 à l’initiative de jeunes rameurs de la Société nautique de la ville ne supportant plus l’autorité de leurs aînés. Ils pratiquent aussi le rugby au Stade bayonnais et, en 1907, les deux clubs fusionnent. Le succès est immédiat : dès 1913, l’Aviron bayonnais remporte son premier Championnat de France, révolutionnant ce sport grâce à la priorité donnée au jeu de passes et aux grandes envolées (la « manière bayonnaise »).
- En 1914, l’Aviron bayonnais est éliminé par Perpignan en match d’appui après une demi-finale incroyable (« le match-roi » selon la formule de Paul Voivenel), qui n’a pas permis aux deux équipes de se départager après 120 minutes de jeu …


- Plusieurs des joueurs de l’équipe sont mobilisés en août 1914, essentiellement au sein des 49e et 249e RI. Après la contre-offensive de la Marne, ils se retrouvent dans le secteur du bois de Beaumarais et de Craonne le 14 septembre.

- Les combats pour le contrôle du plateau de Vauclerc durent plusieurs jours, infructueux, autour des restes du moulin. Les pertes sont très importantes. L’équipe de l’Aviron bayonnais y paye un lourd tribut : 3 de ses 15 champions de 1913 sont tués en 2 jours.
- Le 20 septembre, le caporal Emmanuel Iguiniz (49e RI) est tué au nord de Craonnelle ; talonneur, il avait été sélectionné contre l’Angleterre en début d’année.
- Le 21, les deux équipiers Achille Fortis et Jean-François Poeydebasque (sergent) du 249e RI disparaissent sur le plateau de Vauclerc. Fortis était pilier à l’Aviron et Poeydebasque, trois-quart centre, avait été international à deux reprises, contre le Pays de Galles et l’Irlande, au cours du tournoi des Cinq Nations de l’hiver précédent (voir sa fiche sur le Mémorial virtuel du Chemin des Dames).


- Trois autres champions de France de 1913 sont tués pendant le conflit, un quatrième mutilé.

- L’Aviron bayonnais se reconstruit après-guerre et parvient en finale du championnat de France en 1922 et 1923 (avant une 2e victoire en 1934 et une 3e, et dernière pour le moment, en 1943).




Photographie de l’équipe de 1912-1913, avec les trois joueurs MPF sur le plateau de Vauclerc, situés tous les trois ensemble à gauche …
(source : Frédéric Humbert http://rugby-pioneers.com/)




Site de l’association omnisports
http://www.aviron-bayonnais.asso.fr/

Historique complet de l’Aviron bayonnais :
http://www.abrugby.fr/club/rugbypro/historique/historique.aspx



Un très grand merci (et bravo !) à Denis Gailhard, inspirateur et fournisseur principal d’informations pour cet article

_

2 commentaires:

Frederic Humbert a dit…

Bel hommage, mais il semble que vous ayez un soucis avec la publication de la photo d'Equipe.
http://bit.ly/aqBPxA

Je vous renvoie également à cette Equipe de France (avec Emmanuel Iguiniz) qui joua l'Angleterre début 1914, et dont 11 (5 français, 6 anglais) des 30 protagonistes mourront au combat.
http://bit.ly/c9nijX

denis a dit…

Le gris du Monument des Basques, à contre-jour des couleurs de l'Aviron, Bleu ciel et Blanc, illustre parfaitement le destin tragique de ces pionniers du rugby. Fervents adeptes du jeu d'attaque, ils sont venus, si loin de leur terrain d'Hardoy, se sacrifier en défense. Honneur à eux, et à tous leurs camarades de souffrance.