Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mardi 14 avril 2009

C comme Craonne



- Village de l'est du Chemin des Dames, et bien plus …
- 70 habitants

- Craonne (à prononcer « crane ») tire son nom du mot celte craon, la petite pierre issue de l’extraction ou de la taille dans les carrières, nombreuses dans la zone.


- Souvent dévastée dans l’histoire (lors des guerres de religion par exemple), Craonne est en 1814 le théâtre d’une des dernières victoires de Napoléon.





- Avant 1914, le village de Craonne compte plus de 600 habitants et possède trois rues principales, très abruptes et bordées de maisons aux caves voûtées. Il est situé sur les premières pentes du plateau du Chemin des Dames, nommé à cet endroit « plateau de Craonne ». Avec l’arrivée du train (CBR) à Chevreux et la crise du phylloxéra, l’activité viticole traditionnelle a été délaissée au profit du maraîchage.
- A proximité, sur le plateau, Henry Vasnier a développé son lieu de loisirs et de plaisir, la « Californie » …


- En septembre 1914, Craonne est occupé par les Allemands et sa population déplacée. Le village se trouve en effet en plein sur la ligne de front et appartient au réseau de fortifications prévu par Hindenburg.




- L’offensive Nivelle entraîne sa destruction totale. Une première offensive est bloquée le 16 avril, engendrant des pertes considérables ; plusieurs tentatives échouent dans les jours suivants, même si les combats ont lieu à l’intérieur du village. Finalement, le 4 mai, alors que des obus achèvent de détruire l’église Saint-Martin, le 18e RI s’empare de Craonne en ruines (en jouant sur l’effet de surprise) et parvient à s’y maintenir.
- Les combats à proximité et les bombardements se poursuivent cependant pendant plusieurs semaines.





- Après guerre, le site de Craonne est classé en zone rouge (47% de sa superficie en 1922) ; on envisage de ne pas le reconstruire. Seuls quelques dizaines d’habitants rentrent vivre dans les caves ou des abris de fortune (44 au recensement de 1921). Mais la ténacité de ces habitants et des élus infléchit la volonté première de l’Etat.

- Le nouveau village est donc construit de 1922 à 1927 (l’église jusqu’en 1938 pour les finitions), à quelques hectomètres au sud-ouest, un peu en contrebas, dans un endroit plus propice à l’agriculture moderne (400 ouvriers travaillent au chantier, tous extérieurs au département). Bordeaux et Cannes, mais aussi les Etats-Unis, le Canada et la ville de Stockholm fournissent une aide financière importante. Toutefois, seules 28 maisons sur les 152 d’origine sont rebâties, notamment par manque de subventions : plusieurs habitants ne peuvent acheter les terrains laissés libres pour la reconstruction.

- La population craonnaise revient en partie, mais on ne compte guère que 150 habitants environ avant la deuxième guerre.


- Le vieux Craonne est classé à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 2003. Un arboretum occupe son emplacement, et l’on peut se promener tout en découvrant le monument aux morts (à l’architecture recherchée), les restes des rues, de l’église Saint-Martin ou du cimetière, guidé par des panneaux d’information et des notices. C’est en effet l’un des rares lieux du Chemin des Dames vraiment mis en valeur dans un but éducatif et mémoriel.



- Son maire actuel est Noël Genteur.


- NDLA - Une visite à Craonne ne peut être sans suite. Elle entraîne forcément une réflexion, un retour, tôt ou tard. Ce lieu vous aimante et fascine par chacun de ses mètres carrés, si divers et chargés d’histoire. Dans le soleil et la verdure d’un mois de mai ou sous le ciel bas de l’automne, parcouru de promeneurs, de lycéens ou absolument vide, le petit village apparemment anodin de Craonne est un lieu extra-ordinaire …


Le 14 avril 2008, le jour où tout a commencé ...

_

Aucun commentaire: