Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mercredi 28 avril 2010

R comme Roucy (mutinerie de)



- En avril 1916 a lieu à Roucy, un peu en retrait du front, un mouvement de désobéissance collectif. C’est l’un des plus importants avant les mutineries de 1917.


- Dans le courant du mois de mars 1916, deux bataillons du 96e RI sont envoyés au sein de la 55e DI dans le secteur du Bois-des-Buttes, que les Allemands viennent de prendre (c’est alors que Guillaume Apollinaire y est blessé). Les 25, 26 et 27 avril, ces unités participent à de violents combats dans la zone.

- Le 30 avril, apprenant qu’ils doivent remonter en ligne, certains soldats se révoltent et refusent pendant une heure d’obéir. « Cependant, le commandement n'était pas du tout satisfait ; il trouva les résultats à peu près nuls pour une si grande dépense de munitions. Il demanda des explications et exigea de connaître les responsables. Tout retomba sur quatre soldats du 96e qui furent exécutés après un jugement qui n'est pas en faveur de la justice militaire. Les victimes appartenaient au 1er Btn. Ce bataillon, relevé de première ligne dans la nuit, était arrivé dans la matinée au repos au camp du Faité, bien en arrière. Comme après chaque relève, on laissait un peu de liberté aux soldats dont beaucoup profitaient pour se rendre chez le marchand de vin. Mais lorsque le Cdt Riols reçoit l'ordre de remonter en ligne dans la matinée même, le rassemblement fut difficile. Il y eut même des protestations d'abord, puis des cris ensuite et des commencements de désobéissance, car certains avaient du vent dans les voiles. L'intervention des officiers put ramener le calme, et tout le monde monta finalement en ligne. Le Cdt Riols crut devoir signaler les faits au Général de la 55e D.I., sous les ordres duquel nous étions passés depuis notre détachement provisoire dans ce secteur (nous étions coupés de notre D.I. et de notre colonel resté à Fismes). Lorsque le Commandement réclama des responsables, le Général grossit les incidents du 96e. Il ordonna l'arrestation des plus excités, qui furent jugés et exécutés sur le champ, sans même que notre Colonel ait eu le temps d'intervenir. L'affaire eut une répercussion douloureuse dans le Régiment. De l'avis même de nos officiers, on avait exagéré, car si une punition exemplaire était nécessaire, la peine de mort était excessive. Le Cdt Riols n'avait désigné que les fortes têtes, des soldats réputés indisciplinés et certainement peu recommandables, mais la justice doit être toujours la justice. » Par la suite les choses rentrent dans l’ordre.
(Pierre Bellet, Ma grande guerre au 96e, cité ici)


- Quatre hommes sont désignés comme meneurs : Lucien Baleux, Emile Lhermenier, Félix Milhau et Paul Regourdt. Ils sont condamnés à mort par le tribunal de guerre de la 55e DI et exécutés à Roucy le 22 mai 1916 par un peloton du 246e RI. Ils reposent dans la nécropole de Pontavert.





Extraits de témoignages sur cet épisode


Le blog d’Eric Viot


Fiche des 4 fusillés sur le Mémorial virtuel du Chemin des Dames

_

Aucun commentaire: