Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

dimanche 10 octobre 2010

R comme Ripout (Paul)



- Soldat français
- Vieux Mareuil (Dordogne) 1891 – Juvincourt 1917

- En 1917, Paul Ripout est mitrailleur dans un char à l’AS 6 (« Artillerie spéciale »).

- La veille de l’offensive Nivelle, il écrit une lettre à ses parents.

« Dimanche, le 15 avril 1917, 13 heures, en attendant la bataille.

Bien Chers Parents,
Je ne puis savoir ce qui va en advenir. Je vous fais cette petite lettre avant de partir au combat qui, j’espère, sera des plus bénins. Mais toute fois que sur mon corps on découvre cette petite missive et qu’elle vous parvienne, prenez-la pour un salut que votre fils et frère vous fait avant d’affronter le danger, et qu’elle vous soit un puissant réconfort, car j’y mets un peu de tout moi-même. Ce matin j’ai été à la messe et j’ai communié ; je demande au Très-Haut de vous protéger sur cette terre, de vous venir en aide dans vos peines qui vont peut-être être cruelles, mais, croyez votre fils et frère, en mettez pas beaucoup d’attachement aux choses matérielles, nous sommes peu de chose sur cette planète. Si je ne puis revenir vous voir, ne croyez pas que je regrette de vivre, au contraire, j’aurais bien voulu revenir avec vous pour vous prouver la reconnaissance que vous méritez après tant de peines, et après toutes les choses que vous endurez comme douleur de voir au danger ceux que vous avez élevés jusqu’à vingt ans, et comme moi avec beaucoup de larmes et de veilles.
Je vais écrire à mon Frère Henry : il fait partie de l’armée de poursuite [la 10e Armée - NDLR] qui me suit aussitôt la 1ère avance. Ca va être dur, nous avons quelque chose à faire. Mais d’un côté, je préfèrerais que cette lettre ne vous parvienne pas, que ce soit moi-même qui vous arrive avec la paix et le bonheur.

Je vais vous dire au revoir, Chers Parents bien aimés.
Mes plus tendres baisers.
Paul »



- Paul Ripout n’apportera jamais en personne cette lettre à ses parents, qui la font encadrer dans leur salle à manger.
- Il est enterré dans la nécropole de Berry-au-Bac (tombe 72).




Fiche MPF
Fiche du Mémorial



Source : Lettre du Chemin des Dames n° 11


_

Aucun commentaire: