Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mardi 14 juillet 2009

B comme Beaumarais


- Bois situé entre Craonne et l’Aisne (orthographié parfois « Beau Marais »)

- Pendant la majeure partie du conflit, le bois de Beaumarais est en secteur français, mais à proximité immédiate de la ligne de front (le 16 avril 1917, celle-ci passe dans la partie Nord du bois, entre Craonnelle et la ferme du Temple).

- « En avril 1915, le commandant Chassery [du 36e RI] prend l’initiative d’y construire avec les hommes du 3e bataillon [une] chapelle en bois dédiée à Jeanne d’Arc. Après la guerre, un monument à la mémoire des 3 000 tués du 36e RI a été élevé à l’emplacement de la chapelle en bordure de la D 89 entre Craonne et Pontavert. » (Lettre du Chemin des Dames, HS n°2)

- C’est un lieu de séjour fréquent pour les soldats français, qui y vivent dans des conditions très humides. « Nous sommes dans le Bois de Beau Marais, il est effectivement situé dans un marais. Il y a de l’eau partout, jusque dans nos gourbis en tôle ondulée cimentée. Il nous faut mettre des caillebotis partout. Il y a des canards sauvages qui font leur nid dans les joncs. » (Paul Clerfeuille, 273e RI, 11 avril 1918, cité dans la Lettre du Chemin des Dames, HS n°2)

- Le bois de Beau Marais souffre évidemment de nombreuses destructions et doit être totalement remis en valeur après la guerre.

_

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Vos explications sont très intéressantes et documentées... mais peu lisibles sur ce fond sombre. Quel dommage !
Cordialement
MT Masson