Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

jeudi 22 avril 2010

L comme Leroy-Beaulieu (Pierre)

- Enseignant, écrivain et homme politique français
- Olmet-et-Villecun (Hérault) 1871 – Anizy-le-Château 1915

- Polytechnicien, Pierre-Leroy-Beaulieu est capitaine de réserve dans l’artillerie quand la guerre commence. Il est issu d’une famille prestigieuse : petit-fils de l’économiste Michel Chevalier et fils de Paul Leroy-Beaulieu, lui aussi économiste et co-fondateur de l’actuelle Science Po. Il a été élu député de l’Hérault en 1907 puis 1910 (républicain progressiste), notamment en s’inspirant des méthodes « modernes » des partis politiques américains. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages de « géopolitique ».

- A 43 ans, père de 6 enfants, Pierre Leroy-Beaulieu se porte volontaire ; il est mobilisé au 19e Régiment d’artillerie.

- Le 13 janvier 1915, lors de la bataille de Crouy, il dirige une batterie de 90 sur le plateau de Vregny, au nord de Bucy-le-Long (plateau du Moncel). Tous ses soldats ayant été tué ou évacués, il reste seul pour servir la pièce (par esprit de sacrifice ou hasard des combats ?). Les Allemands s’approchent de sa position. L’un deux, Walter Ambroselli, raconte : « Maintenant nous attaquions […] une hauteur sur laquelle un canon ennemi tirait encore. […] Là, un capitaine d’artillerie français se trouvait le dernier, seul à la pièce d’artillerie, il allait chercher les munitions, chargeait et tirait. Alors que nous arrivions, il essayait justement d’abattre avec son revolver le plus avancé d’entre nous, le sous-officier Finder. Cependant, celui-ci fut plus rapide et tira une balle dans la tête du capitaine. » Evacué vers Anizy-le-Château, il y meurt quatre jours plus tard.
- Son médecin en informe sa femme et lui envoie ses affaires personnelles. Les Allemands organisent des obsèques solennelles pour Pierre Leroy-Beaulieu, qui figure aussi dans le communiqué et la presse allemands dans les jours suivants.
http://www.jstor.org/pss/2222501?cookieSet=1
(document signalé ici)



- Un des ses fils, Marc, lieutenant, meurt lors de la bataille de Montcornet, au nord-est de Laon, le 16 mai 1940.


- Une rue du hameau du Montcel, en contrebas du plateau de Vregny où il a été tué porte aujourd’hui le nom de Pierre Leroy-Beaulieu




Fiche MPF de Pierre Leroy-Beaulieu


Source principale : F. Beauclerc, op. cit., pages 109/110

_

Aucun commentaire: