Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

lundi 30 novembre 2009

A comme Apollinaire (Guillaume)


« Si je mourais là-bas sur le front de l’armée
Tu pleurerais un jour, ô Lou, ma bien aimée,
Et puis mon souvenir s’éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l’armée
Un bel obus semblable aux mimosas en fleur. »


Lettre à Lou, 30 janvier 1915



- Poète français
- Rome 1880 – Paris 1918

- De nationalité polonaise (son vrai nom est Kostrowitzky), Guillaume Apollinaire tente de s’engager dans l’armée française en 1914 : on le lui refuse en août, puis on l’accepte en décembre (il est naturalisé en 1916).
- Affecté au 38e RAC puis sous-lieutenant au 96e RI, il combat notamment sur le front de Champagne en 1915.

- Début mars 1916, son régiment est affecté au Bois-des-Buttes (près de Pontavert). Apollinaire y est blessé à la tempe le 17 mars par un éclat d’obus qui traverse son casque.

- Après des soins très difficiles (accident cérébral le 4 mai qui entraîne une trépanation) et une longue convalescence, il reprend ses activités littéraires.
- Guillaume Apollinaire meurt de la grippe espagnole le 9 novembre 1918. Il est enterré au Père-Lachaise.


- Une stèle est érigée à l’endroit où il a été blessé grâce à une initiative et à un don d’Yves Gibeau.




A consulter : Le site « Terres des écrivains »

Aucun commentaire: