samedi 16 octobre 2010

V comme Voivenel (Paul)

- Intellectuel français
- Séméac (Hautes-Pyrénées) 1881 – Pamiers (Ariège) 1975

- Médecin à Toulouse (il choisit la psychiatrie), Paul Voivenel écrit aussi dans plusieurs journaux, notamment à propos de sa passion, le rugby.


- Entre 1914 et 1918, il sert comme médecin à la 67e DI de réserve, étudiant notamment le comportement des hommes face aux combats et à la peur. Il décrit notamment la « peur morbide », élément permettant d’expliquer certaines défaillances des soldats au front. Voivenel devient aussi spécialiste des gaz et publie de nombreux articles dans des journaux médicaux, devenant expert militaire (et titulaire de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur).

- En octobre 1917, Paul Voivenel participe à la bataille de La Malmaison. « A cinq heures, l’attaque d’infanterie se déclenche. Jour terne, humide. Dans le vent moisi, les feuilles du bois tourbillonnent. Ainsi font les hommes devant nous. Dès neuf heures, les « tuyaux » se multiplient et se contredisent. […] Et puis la phrase que l’on se passe des uns aux autres : « Tous les objectifs sont atteints. » […] Toute la nuit, les tirs de barrage violents ont souligné pour nous les contre-attaques boches. Nous n’aurons de tuyaux précis qu’avec les journaux et c’est là une des choses curieuses de la guerre actuelle : le combattant ne sait ce qui se passe autour de lui que par le communiqué officiel. »
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5596173s.image.r=l%27archer.f39.langFR.tableDesMatieres


- Après la guerre, il mêle ses activités médicales, journalistiques et littéraires, toujours très investi dans le milieu du rugby. Ses souvenirs de guerre, Avec la 67e Division de réserve, sont publiés sous forme d’articles dans la revue L’Archer.



Source principale :
http://www.bium.univ-paris5.fr/histmed/asclepiades/pdf/lestrade.pdf

_

1 commentaire:

denis a dit…

A travers Voivenel, hommage aux fantassins de la 67e DI Morts pour la France, et en particulier aux Tarn et Garonnais des 211e et 220e RI.
Hommage également aux sportifs tués au combat, en mémoire desquels Voivenel fit ériger à Toulouse le monument Héraklès Archer, sculpté par son ami Antoine Bourdelle:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Héraklès_archer_de_Toulouse