Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

dimanche 4 octobre 2009

G comme Glennes

(MAJ septembre 2011)



- Village de la rive gauche de l’Aisne, dans un vallon au sud d’Oeuilly et Beaurieux
- 200 habitants

- Quand la guerre commence, Glennes compte environ 240 habitants.

- Le village se trouve légèrement en retrait par rapport à la ligne de front, une fois la contre-offensive alliée de 1914 finie. C’est ainsi vers Glennes qu’est évacuée la famille Adam, les propriétaires de la ferme d’Hurtebise.


- Pendant plusieurs années, surtout pendant l’offensive Nivelle, Glennes est un lieu de repos et de départ pour l’armée française : le 273e RI par exemple (celui de Paul Clerfeuille) y séjourne début avril, le colonel de Prandière faisant même consacrer son régiment dans l’église Saint-Georges, classée aux MH depuis 1911, le jour du départ vers le front. « Nous sommes au repos dans les carrières de Glennes. L’artillerie française fait rage sur le plateau de Craonne, Vauclerc, La Vallée Foulon, Craonnelle. Pendant ce temps nous nous reposons pour la grande attaque, qui n’est pas loin. Pendant ce temps, les artilleurs, les camions, les tracteurs roulent jour et nuit des obus de tous calibres et du matériel d’offensive. Les bois sont plein d’obus, des tas gros comme un village. Il y en a qui sont de la taille d’un homme. » (Paul Clerfeuille, le 10 avril 1917, in N. Offenstadt (dir.), op. cit., page 159)

- Quelques jours plus tard, le 17, Arnaud Pomiro (49e RI) s’y repose à son tour. « Les rues sont boueuses et encombrées de convois nombreux marchant dans les deux directions. […] Pendant toute la journée, c’est un mouvement inouï. Des troupes qui descendent ou remontent, des convois de chevaux ou d’autos qui se croisent ou se dépassent. Boileau, s’il eût été présent, aurait pu s’inspirer pour écrire une satire intitulée : les embarras de Glennes en avril 1917. »



- En 1918, le village subit des combats puis, pendant quelques semaines, l’occupation allemande. Les dégâts matériels restent cependant limités, l’église en particulier étant assez préservée. Au recensement de 1921, la population de Glennes tombe à 157 habitants.

Aucun commentaire: