lundi 1 février 2010

G comme Godat

- Ferme disparue, située entre Cormicy et Loivre, sur le canal de l’Aisne à la Marne (aujourd’hui à quelques mètres de l’A26), près de l’écluse du même nom.

- Fin septembre 1914, les derniers combats, acharnés, de la contre-offensive française après la Marne permettent de délimiter le front ; la ferme de Godat est sur la ligne de combat, côté français. Avec le 119e qui a poussé jusqu’à la ferme Sainte-Marie, c’est le 5e RI qui y stationne pendant plusieurs mois, y perdant 3 lieutenants-colonels. La zone est très agitée pendant plusieurs semaines (on se bat notamment pour le contrôle du pont sur le canal) puis devient plus calme à partir de début novembre : les deux armées organisent leurs positions respectives ; les Français y établissent plusieurs bastions de première ligne, dont celui du Godat.

- L’écrivain allemand Ernst Jünger (auteur d’Orages d’acier) y combat début 1915.


- Le 4 avril 1917, un coup de main allemand sur ce secteur leur permet de s’emparer des plans de l’offensive Nivelle.

- Le 16 avril, le Godat est l’un des points les plus disputés et meurtriers du front. Jacques Duclos y est fait prisonnier dès les premières heures de combats dans le secteur. Même si les Français progressent, le front se déplace peu, la résistance allemande étant acharnée. Le secteur reste donc disputé pendant tout le printemps.


- Anéantie, la ferme n’est pas reconstruite après la guerre (le pont sur le canal non plus).

_

Aucun commentaire: