Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mardi 26 avril 2011

T comme Truffau (Paul)

- Homme de lettres français
- Bordeaux 1887 – Paris 1973

- Normalien en 1908 puis professeur de lettres à Vendôme après son service militaire, Paul Truffau est mobilisé comme sous-lieutenant en août 1914 au 246e RI.

- Après la Marne, il combat autour de Soissons de septembre 1914 à janvier 1915. Il est blessé au bras le 18 novembre 1914 mais refuse l’évacuation. Paul Truffau participe à la bataille de Crouy qu’il décrit dans ses carnets de guerre.

- Paul Truffau reste jusqu’en avril 1915 dans le secteur de Vénizel et Condé-sur-Aisne.

- Par la suite, il combat en Artois puis vers le Bois-des-Buttes entre février et juin 1916, avant Verdun (il devient capitaine, à la tête d’une compagnie de mitrailleuses).

- D’août à octobre 1917 il est dans le bois de Beaumarais avant d’assister au retrait allemand du 2 novembre sur le plateau des Casemates (il est à nouveau autour de la Miette en janvier 1918).


- Pendant la guerre, Paul Truffau envoie sous pseudonyme des articles au quotidien Le Journal. Un éditeur en publie 32 d’entre eux en 1917 sous le titre Carnets d’un combattant.
- Plusieurs fois blessé, il est démobilisé le 28 mars 1919 (« Il fait très beau. J’ai revu avec une joie intime les paysages familiers, la petite ville un peu vide… La vie reprend, les choses sont les mêmes, nous seuls avons changé… »).

- Après guerre, Truffau redevient enseignant et publie de nombreux ouvrages liant littérature et histoire.


- En 1998 est édité son journal de guerre : 1914-1918. Quatre années sur le front. Carnets d’un combattant.




Source principale :
Journal de Paul Truffau (Préface de Stéphane Audoin-Rouzeau)
et Cédric Marty, site du CRID 14-18

_

1 commentaire:

Henri Cambon a dit…

Il s'agit de Paul Tuffrau, et non pas de Paul Truffau : merci de faire la rectification.