Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

samedi 5 mars 2011

C comme Casemates


- Plateau (aujourd’hui totalement boisé) situé entre ceux de Californie et de Vauclerc, au nord-ouest de Craonne

- Contrôlé et organisé défensivement par les Allemands depuis septembre 1914, le plateau des Casemates fait partie des premiers objectifs de l’offensive Nivelle le 16 avril 1917 ; sa prise se révèle cependant impossible.

- Emile Carlier (127e RI), à 9h, est dans la tranchée Limbourg, le boyau d’Offenbourg ; une soixantaine de prisonniers sont faits. Mais ayant trop avancé, le régiment est ensuite pris en enfilade et en plus touché par l’artillerie française. Il repart en avant dans l’après-midi, prend la tranchée des Friches et celle de l’Abri, enfin entre dans la foret de Vauclerc à 18h. Cependant, il doit reculer pour se mettre à l’alignement des deux autres régiments de la 162e DI (les 43e et 327e).
(source : CRID 14-18)


- Après l’échec général, les Français cherchent pendant plusieurs semaines à s’emparer des hauteurs pour contrôler les positions stratégiques ; les Casemates sont donc un « point chaud » entre les deux armées.
- Le 5 mai, le 57e RI progressent et s’empare de plusieurs tranchées allemandes. « Cent coups de feu palpitent le long de notre ligne. Mais les Allemands sont lancés cette fois. Les casemates, si près d’eux, les attirent. Ils pourraient cependant attendre la nuit sans trop de danger ; ils accomplissent là un véritable acte de folie. Qui sait ? Peut-être redoutent-ils un barrage ? Peut-être craignent-ils les V.B. que nous n’avons pas du reste ? Ils continuent par bonds désespérés. Plusieurs d’entre eux se couchent et ne se relèvent pas. Nous sommes tous debout sur la berme, et nous rions toujours, férocement, nerveusement, dans les claquements brefs de la fusillade. La mitrailleuse ennemie ne tire plus ; elle atteindrait les siens. Tout à coup, c’est fini. Les survivants ont disparu à nos yeux… On reprend la pioche et la pelle. Les armes brûlantes sont posées près des travailleurs. » (Georges Gaudy, cité par G. Lachaux, op. cit., page 117)

- Le 22 mai, les 152e et 334e RI partent à l’assaut et parviennent à prendre pied sur tout le plateau, de façon incertaine et au prix de très fortes pertes. Les Allemands sont repoussés sur les pentes nord mais tentent sans cesse des contre-attaques.



- Des coups de mains et des offensives locales ont lieu pendant tout l’été, mais la ligne de front évolue peu jusqu’au repli allemand sur l’Ailette du 2 novembre 1917.





Carte de mai 1917 (334e RI)


Plusieurs photos aériennes (et une carte) du plateau des Casemates dans le JMO du 22e BCP en septembre 1917.

_

Aucun commentaire: