Mises à jour



Bonjour à tous ceux qui viennent consulter ce dictionnaire.
Ces quelques mots pour vous informer que j'ai commencé une mise à jour de certaines des entrées, qui seront mises en ligne d'ici peu.
Merci à tous ceux qui m'ont laissé ces derniers temps des commentaires et informations qui me serviront à ces mises à jour.

Gil Alcaix


dimanche 11 avril 2010

C comme Courtine du Poteau d'Ailles



- Tranchée située de part et d’autre de la route qui descend vers Ailles à partir du carrefour du Poteau

- La tranchée de la Courtine appartient au saillant de Deimling. Elle est le prolongement oriental de la tranchée de Franconie ; son sort est donc très lié à celui de sa « voisine », et elle connaît le même lot d’attaques et de contre-attaques pendant tout l’été 1917.


- Devenue française le 16 avril 1917, elle se trouve au cœur des combats : « les vagues allaient et venaient, mais elles étaient le ressac d’un flot qui s’étendait tout au long de la courtine d’Ailles jusqu’au promontoire de la Bovelle » (RG Nobécourt).
- Pendant tout le mois de juin les Allemands « rabotent » le saillant de Deimling et rendent les positions françaises fragiles. Fin juin, ils reprennent la Courtine ; le 119e RI est chargé de sa reprise, ce qui est fait le 1er juillet (« la 2e compagnie […] parvient à occuper à l’est la Courtine d’Ailles » ; « la 3e compagnie réussit à progresser à la grenade dans la Courtine d’Ailles et établit un barrage dans cette tranchée » - JMO du 119e RI)



- Les combats sont acharnés pendant tout le mois de juillet ; les Français ne parviennent pas à s’installer durablement sur les hauteurs et doivent faire face en permanence aux coups de mains allemands. « Il semble qu’il ne faille pas escompter quelque succès si l’on ne parvient pas à rendre inhabitables par des émanations de gaz répétées les tunnels où ils se protègent contre nos bombardements. Encore est-il qu’il faudrait en tenir les issues, au-delà de Franconie. Nous nous préparons à réattaquer. L’ennemi nous devance. Le 25, à 18h30, il déclenche un puissant assaut sur un front de 3 kilomètres, d’Heurtebise à la Courtine du Poteau d’Ailles. Il atteint la crête. » (RG Nobécourt, page 271) Les Français essayent de reconquérir la tranchée le 28, sans succès.


- La situation évolue peu jusqu’au retrait allemand consécutif à la bataille de La Malmaison, le 2 novembre.



(La Courtine du Poteau d'Ailles se trouvait à peu près à l'emplacement du chemin de terre actuel)

_

Aucun commentaire: