Mises à jour



Bonjour à tous ceux qui viennent consulter ce dictionnaire.
Ces quelques mots pour vous informer que j'ai commencé une mise à jour de certaines des entrées, qui seront mises en ligne d'ici peu.
Merci à tous ceux qui m'ont laissé ces derniers temps des commentaires et informations qui me serviront à ces mises à jour.

Gil Alcaix


mercredi 2 juillet 2008

R comme Russes

- Après un accord avec la France (1915), les autorités russes envoient 4 brigades de volontaires combattre hors de leur pays : 2 en Orient, 2 sur le front occidental (44 000 hommes en tout).

- Les 20 000 soldats du front occidental sont rassemblés au camp de Mailly (Aube) ; ils défilent le 14 juillet 1916 à Paris devant une foule enthousiaste.

- La même année, ils combattent en Champagne (Aubérive)

- En avril 1917, les 2 brigades (4 régiments) sont rattachées à la 5e armée du général Mazel pour participer à l’offensive Nivelle.

- En 2 jours, ils prennent les ruines de Courcy, la côte 108, le Mont Espin, Sapigneul (et capturent 1 000 prisonniers). Ils sont relevés le 20 avril : on compte parmi eux 70 officiers et 4 472 hommes morts, blessé ou disparus. Ils sont cités à l’ordre de l’armée.

- Mais ils sont affectés par les événements russes et se scindent entre communistes et loyalistes. Eloignés du front (Creuse), la division devient conflit : les communistes se mutinent et l’armée française doit intervenir pour évacuer le camp de Courtine (plusieurs morts).

- La révolution d’octobre aggrave les choses : certains choisissent de s’engager dans l’armée française, d’autres deviennent travailleurs militaires, certains sont envoyés dans des camps en Afrique du Nord (rapatriés en 1919).

- La légion russe s’illustre sur tous les champs de bataille en 1918, y compris à nouveau au Chemin des Dames.

- Beaucoup de soldats morts au combat sont inhumés au cimetière militaire de Saint-Hilaire (Marne), où se trouve aussi une chapelle.

NDLA: le dimanche 11 mai 2008, je passais vers Midi à ce cimetière de la plaine de Champagne, après Auberive et avant Mourmelon. Une cérémonie s'y déroulait. La mémoire de la première guerre est indispensable, collective mais aussi très personnelle ...

Aucun commentaire: