Mises à jour



Bonjour à tous ceux qui viennent consulter ce dictionnaire.
Ces quelques mots pour vous informer que j'ai commencé une mise à jour de certaines des entrées, qui seront mises en ligne d'ici peu.
Merci à tous ceux qui m'ont laissé ces derniers temps des commentaires et informations qui me serviront à ces mises à jour.

Gil Alcaix


dimanche 25 août 2013

M comme Mont Hermel


Le Mont Hermel (cote 95, à droite du nom en mauve) et les "ouvrages" français du secteur (fond de carte IGN) 

- Butte située en bordure nord du bois de Beaumarais, près de Craonne. Son altitude maximale est de 95 mètres (un peu au sud se trouve la « cote 120 », telle qu’elle est nommée dans les communiqués, qui constitue le point le plus haut du secteur de Beaumarais, face au plateau).

- Après les combats de septembre 1914, le Mont Hermel se retrouve en première ligne, face au village de Craonne occupé et aux saillants du Tyrol et du Jutland que les Allemands aménagent. Il faut donc pour les Français fortifier les lieux, ce qui est fait progressivement par la construction d’un réseau de tranchées fortifiés par une série d’ « ouvrages » particulièrement bien défendus (entre les ennemis, quelques hectomètres de plaine, souvent marécageuse).

- Lors de l’offensive d’avril 1917, les lieux servent de base de départ aux troupes.

- Après les progrès français – même minimes –, encore plus après le repli allemand du 2 novembre sur l’Ailette, le Mont Hermel perd une partie de son importance face au nord, tout en gardant son rôle de base arrière (les Allemands sont à Corbeny). C’est ainsi que les Britanniques y stationnent en mai 1918 et y subissent le choc de l’offensive allemande du 27 (5th Yorkshire).

 _

Aucun commentaire: