Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mercredi 6 mars 2013

B comme Broussiloff



- Camp militaire français, nommé d’après le général russe Alexeï Broussilov (ou Broussilof) situé au nord-est du château du Blanc-Sablon, à l’abri relatif de la butte arborée dont l’altitude maximale est de 116 mètres : « Cet endroit s’appelle le camp Broussilov, et se trouve à un kilomètre de Craonnelle, au pied du fameux plateau de Craonne. » (Rémy Marchand, Les mémoires d’un poilu d’Aunis)

Carte des principaux camps français du secteur de Craonnelle (fond de carte: IGN)

- « Le 4e bataillon [du 233e RI], au camp Broussiloff, fut longtemps le moins inquiété ; mais un jour, un avion de malheur, volant très bas, repéra les baraquements. C’était l’heure de la soupe du soir et toutes les escouades mangeaient dehors. L’avion, après les avoir signalé à l’artillerie, se mit à les mitrailler. Les poilus s’enfuirent sous une pluie d’obus de tous calibres. L’avion continuait de les mitrailler en les surveillant et en réglant le tir d’artillerie. Les pertes furent sérieuses, un officier fut tué ; sur un point, où se trouvaient quelques méchants gourbis, s’était réfugiée une masse d’hommes ; pendant plus d’une heure, ces hommes furent soumis à un bombardement par obus à gaz. Beaucoup furent évacués, malades. Le camp de Broussiloff avait cessé d’exister ! » (Ambroise Harel, Mémoires d’un poilu breton, quelques jours avant le 16 avril)




- A noter : une tranchée française qui entoure l’ouest et le sud du Bois-des-Buttes avant le 16 avril 1917 porte aussi ce nom.

 _

Aucun commentaire: