Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

dimanche 6 octobre 2013

M comme Montfaucon (ou Mont Faucon)


Photo de l'IGN de 1949 sur laquelle on voit encore les traces des bombardements sur le sommet du Montfaucon, délimité ici en rouge
Carte issue du JMO de la Compagnie 20/2 du 10e RG (avril 1917) - Source SHD



- Pointe d’un saillant du plateau du Chemin des Dames, au sud-ouest de Cerny, qui sépare les vallons de Chivy et Vendresse-Troyon. L’altitude maximale du Mont Faucon est de 176 mètres, dominant de plus de 80 mètres les parties basses. La zone est remplie de creutes et en grande partie recouverte de forêts difficiles.

- Ce sont les troupes britanniques qui sont chargées de prendre le Mont Faucon. Le 14 septembre 1914, le 1st South Wales Borderers y prend pied après avoir occupé Vendresse. Les tentatives en direction de la sucrerie de Cerny échouent les jours suivants, ce qui transforme les lieux en site défensif pour les Tommies.
- Le 26, d’importantes troupes allemandes (environ 4000 soldats des 24 et 25e divisions) dissimulées par le brouillard lancent une attaque sur le Mont Faucon, dont la capture mettrait en grande difficulté leurs ennemis, les obligeant sans doute à se replier au sud de l’Aisne. Les premières lignes sont prises puis un corps-à-corps s’engage dans un certain désordre, tandis que les renforts britanniques arrivent. « Nous progressâmes le long du pied de la crête et attaquâmes l’ennemi de flanc. C’était un combat très confus et les balles venaient de toutes les directions. Cela dura peu de temps, cependant, les Huns n’ayant aucune chance contre cette attaque de flanc et ils disparurent vers le bas du versant est laissant un grand nombre de morts au sommet de la crête » (capitaine Hubert Rees). La levée du brouillard vers 9h permet aux Britanniques de mieux apercevoir les troupes allemandes massées dans la vallée de Chivy et d’agir contre elles, par obus et mitrailleuses (« Pour les soldats en repli des 21e et 25 divisions cela devint une vallée des morts moderne » - P. Kendall). L’attaque allemande a échoué.
- Pour enterrer la masse de cadavres, on utilise des boyaux qui sont comblées (l’état-major britannique ayant décidé de se servir des carrières comme première ligne plus commode). Des centaines d’Allemands sont aussi mis en terre par les soldats gallois et écossais, sur les hauteurs comme dans les vallées.



Carte du JMO du 63e RI (juillet 1916)

- La situation dans le secteur du Mont Faucon évolue alors très peu jusqu’en avril 1917, même une fois les Britanniques relevés : le nord est aux mains des Allemands, le sud est fortifié par les Français en s’appuyant sur les creutes. On crée ainsi le « Centre de Montfaucon, cœur d’un dense réseau de tranchées et boyaux, qui s’appuie sur l’artillerie installées sur les hauteurs plus au sud (Madagascar, Mont Charmont). A noter que le chemin en terre qui contourne le Mont Charmont au sud, l’actuel GR12, est baptisé « Chemin des Anglais » par les Français.




- C’est le 1er régiment de Tirailleurs marocains qui s’empare de l’ensemble de l’éperon le 16 avril 1917 avant de prendre possession de la tranchée de Fuleta et du bois du Paradis pour parvenir au Chemin des Dames lui-même.


Le Montfaucon vu depuis le bas (près de Vendresse)


Source (pour ce qui concerne les Britanniques) : P. Kendall, op. cit.


Aucun commentaire: