Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

mardi 17 juillet 2012

D comme Dauly (Jean) et Duquenoy (Marcel)


- En 1917, le breton Jean Dauly et le calaisien Marcel Duquenoy sont deux soldats (classe 1917) du 350e régiment d’infanterie ; ils rejoignent leur unité alors que celle-ci est au repos et à l’entraînement (19 janvier ? 13 avril ?).
- Tous les deux appartiennent au 4e bataillon, Jean au sein de la 13e compagnie, tandis que Marcel est aspirant à la 14e.


- Dès février 1917, le 350e arrive dans le secteur de Soupir, d’abord pour le tenir puis pour poursuivre le succès prévu de l’offensive Nivelle.

- Il est en revanche en première ligne au moment de la reprise de l’offensive, le 5 mai, sur l’Epine de Chevregny.
- Dès 3 heures, blottis dans la tranchée de la Sape (à proximité des ruines de la ferme Certeaux), qui est protégée par des tôles de la vue des avions allemands, Jean et Marcel attendent l’ordre du départ, qui sonne à 9 heures.
- D’abord, les Français progressent bien, protégés par leur artillerie, dépassent le Chemin des Dames et les premières lignes allemandes. Cependant, dès le milieu de matinée, les mitrailleuses allemandes installées sur les lisières des forêts qui couvrent le versant Nord les freinent considérablement. Réduire ces nids de mitrailleuses devient donc l’objectif du 4e bataillon, fortement contrarié par les contre-attaques adverses qui débutent dans l’après-midi.
- L’effort allemand est encore plus violent le lendemain, 6 mai. Jean Dauly et Marcel Duquenoy sont tués au cours des combats (dans un premier temps, on pense que le deuxième a peut-être été fait prisonnier). Jean vient de fêter ses 20 ans, le 22 avril, en pleine offensive ; Marcel ne les avait pas encore (né le 22 juin).


- Après la guerre, les familles des deux jeunes hommes font élever deux monuments en bordure du Chemin des Dames, à quelques dizaines de mètres l’un de l’autre mais aussi de l’endroit où ils sont tombés, « dans le bois d’en face ».





Fiche MPF de Jean Dauly

Fiche MPF de Marcel Duquenoy

JMO du 350e RI

 _

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Durant l'été 2013 je me suis intéressé à la tombe de Jean DAULY 350° RI tombé le 6 MAI 1917 à l'épine(ou le bois) de CHEVREGNY.Cette tombe existe t elle toujours??.J'ai fait des photos qui se situent à la lisière du bois: plaque à la mémoire de Marcel DUQUENNOY "collègue" de Jean DAULY au 350°RI.Qui pourra me renseigner dans mes recherches sur la tombe de Jean DAULY.Un extrait de carte IGN au 25000° me rendrait bien service.MERCI de répondre à l'adresse courriel:joel.thierache@orange.fr