Mises à jour



Bonjour à tous ceux qui viennent consulter ce dictionnaire.
Ces quelques mots pour vous informer que j'ai commencé une mise à jour de certaines des entrées, qui seront mises en ligne d'ici peu.
Merci à tous ceux qui m'ont laissé ces derniers temps des commentaires et informations qui me serviront à ces mises à jour.

Gil Alcaix


mardi 28 février 2017

V comme Voir l'ennemi



- La première guerre mondiale est un conflit où les contacts directs – « sensoriels » –  avec l’ennemi sont très rares. En dehors des rares attaques qui débouchent sur des combats rapprochés, on ne voit presque jamais les hommes qui sont en face, dont les armes et les organisations défensives sont au contraire omniprésentes. La chose est encore plus vraie pendant les périodes dites calmes, au moment de la guerre de position.
- C’est donc un événement rare que d’apercevoir d’assez près des soldats du camp adverse, que l’on  prend soin de noter dans son journal même quand on n’est pas le témoin direct. Ainsi, Henri Rouillon (94e RIT), en poste près de Vénizel, note le 7 mars 1916 dans son bilan de la journée : « Nuit très froide. Glace, brouillard. A 1 heure, les Boches envoient quelques fusées sur notre tranchée. A 8 heures, Moreau voit un Boche qui se montrait en face de nous. C’est le Mardi Gras, supplément de vin. » (Source : Un dessinateur et un comte dans la Grande Guerre. Journaux croisés)

_