Information

Mon activité est moindre ici en ce moment car je consacre beaucoup de temps au blog "frère" qui raconte semaine après semaine (et jour par jour en ce moment) les événements au Chemin des Dames il y a 100 ans.


http://cdd100ans.blogspot.fr/


Cordialement
Gil Alcaix

samedi 26 mai 2012

P comme Pêcherie (La)




- Ferme située à proximité de l’Aisne (rive droite), à mi-chemin entre Pontavert et le carrefour du Choléra.

- Située à proximité du front à partir de septembre 1914, la ferme de la Pêcherie sert de poste de secours à toutes les unités (françaises surtout, britanniques en mai 1918) présentes dans le secteur.
- En bordure de la route, un peu en avant, le commandant du régiment tenant la zone installe en général son P.C. (après les progrès de 1917, le P.S. remplace le P.C. qui s’est reporté sur les hauteurs de Craonne).

Carte issue du JMO du 110e RI en juin 1915 :

(source SHD)


- Plusieurs passerelles sont donc installées sur l’Aisne afin de permettre le passage des soldats, du matériel et des blessés (le nombre est variable selon les époques et l’intensité des combats ; une est toujours présente à hauteur de la ferme).

- Progressivement, la Pêcherie est aménagée : infrastructures de commandement, de défense, de transports, boyaux (dont un venant des premières lignes pour les blessés et les brancardiers portant le nom de la ferme).


- Voir par exemple le JMO du Service de santé de la 125e DI (nov 1917) qui détaille le poste de secours et ce qui l’environne.

(carte)
 (source SHD)

_

dimanche 20 mai 2012

T comme Tordoir


- Ruisseau et bois du versant sud du Chemin des Dames, près de Cerny-en-Laonnois (le tordoir est un moulin ou une machine servant à presser, afin d’extraire de l’huile par exemple)
- Le Tordoir prend sa source au nord de Beaulne et Chivy, coule entre les deux villages puis, après le Moulin Gillot, se dirige vers l’ouest et se jette dans le canal de l’Aisne à l’Oise.
- Il donne son nom à un bois qui le borde de part et d’autre

- Jusqu’au 16 avril 1917, le front coupe le Tordoir à hauteur de Beaulne.
- Le 1er régiment marocain progresse dès les premiers moments de l’offensive Nivelle, s’emparant de Chivy et remontant le vallon en direction du bois du Paradis ; il atteint le Chemin des Dames en fin de matinée.
(Carte JMO – Source SHD)





- Le Tordoir est un aussi autre ruisseau tout proche, qui naît sous la caverne du Dragon (près du site de la Vallée Foulon) et parvient à l’Aisne à proximité de Beaurieux (en passant à la ferme qui prend son nom du cours d'eau).
- C’est lui que remontent de nombreux soldats français pour rallier les premières lignes ou les creutes proches de celles-ci.


dimanche 6 mai 2012

B comme Bonand-Montaret (Henri de)



- Soldat français
- Souvigny (Allier) 1895 – Malval 1917


Les débuts de la guerre

- Issu d’une famille prestigieuse, Henri de Bonand-Montaret a 19 ans quand la guerre éclate. Il est alors licencié en histoire.
- En août 1914, il décide de s’engager et choisit la cavalerie (2e Dragons), car elle « tenait un grand rôle dans ce premier mois de la guerre, et il pensait, en y entrant, avoir une vie plus active et plus entreprenante que celle de l’infanterie. »

- « Près de l’Aisne, où il devait mourir, il reçut le baptême du feu. Sur le théâtre des opérations autour de Soissons, en janvier 1915, lors de la déplorable crue de l’Aisne, de la poussée allemande, il fut un infime mais enthousiaste acteur. »
- Le 2e régiment de Dragons est en effet en réserve lors de la bataille de Crouy, près de Longpont et de la forêt de Villers-Cotterêts.

- Participant aux combats notamment dans les Vosges, en Artois et en Champagne, il décide de suivre des cours pour devenir officier (avril 1916) puis choisit de s’orienter vers l’infanterie après avoir été refusé dans l’artillerie d’assaut.


Le Chemin des Dames

- Début janvier 1917, Henri de Bonand-Montaret rejoint donc le 2e BCP – 11e DI – en tant que sous-lieutenant à la 2e compagnie de mitrailleuses (sous la direction du capitaine de Guimaraes).

- Après quelques jours d’instruction dans le sud de l’Aisne, le régiment se porte à Verneuil le 15 avril pour participer à l’offensive Nivelle : « Ne craignez rien pour moi, je crois qu’il y aura très peu de casse. Mais priez Dieu pour moi et pour le bataillon », écrit-il à ses parents.

- Viennent alors le choc de la première journée et deux semaines passées en première ligne et au soutien d’autres unités. Le 29 avril, alors en repos à Dhuizel, il écrit : « Ma chère maman, je peux enfin vous écrire un peu tranquillement et longuement. Nous sommes redescendus hier de là-haut, où nous sommes restés seize jours, vous pensez dans quelles conditions. J’ai été enchanté de mes hommes, qui ont été merveilleux, au-dessus de tout, et surtout de la matière boche, du matériel humain boche. Malheureusement, c’est toujours la même comédie, je dis franchement ce que je pense et ce que pensent tous les fantassins qui ont attaqué … » (le jeune homme évoque aussi le fait qu’il a été très légèrement blessé à la tête par un éclat de 210, qui ne l’a cependant pas empêché de rester en ligne).

- Le 5 mai, reprise de l’offensive française : à 9h, la compagnie de Bonand sort de sa tranchée, s’empare de celle du Vautour (capturant 19 prisonniers) puis de celle de l’Aigle en direction de la ferme Malval. C’est alors qu’il tente de repérer une mitrailleuse allemande qu’il est touché d’une balle à la poitrine, côté droit. « Il fit quelques pas et vint tomber face en avant, auprès d’un chasseur nommé Maringer, qui l’attira à lui, le mit sur le dos et lui demanda s’il avait de l’eau-de-vie. Henri de Bonand montra sa gourde. Le soldat voulut lui faire avaler une gorgée, mais il ne le put, car d’après ce témoin, “il vomissait le sang à pleins quarts”. »
- La situation complexe ne permet pas de l’emporter vers l’arrière tout de suite. « Un tir de barrage mit ensuite un rideau devant le corps du jeune chef, et, depuis lors, nul n’a pu donner aucun témoignage sur ses derniers instants ni sur sa sépulture, malgré des recherches multiples. »



Les hommages

- Dans la Revue des Jeunes de mars 1918, l’écrivain Maurice Vaussard consacre un long article – publié ensuite sous forme d’un opuscule – intitulé Henri de Bonand-Montaret, chasseur à pied. Il constitue la principale source de cet article.

- Après la guerre, un monument est élevé le long du Chemin des Dames, à proximité immédiate de la nouvelle ferme Malval.


Images de la commémoration de 2011 à la ferme Malval



Fiche MPF de Henri de Bonand-Montaret

JMO du 2e BCP

 _